Depuis vendredi et jusqu’à dimanche, Champéry vit au rythme du curling. La station accueille ce week-end la 12ème édition des « Curling Masters ». L’occasion de s’intéresser à l’état de santé de ce sport d’hiver.

Dans le Chablais, Champéry fait office de pôle. Historiquement déjà, puisque on retrouve des premières traces de cette pratique sportive en 1912, avant la création du club en 1951. Au 21ème siècle, les choses s’accélèrent avec la construction du Palladium avant d’accueillir les Championnats d’Europe en 2010 et 2014, puis les Mondiaux de curling mixe en 2017.

Malgré tous ces évènements de grandes ampleurs -  auxquels il faut évidemment rajouter la décennie d’existence des « Curling Masters », épreuve qui fait partie du «World Curling Tour » - l’attractivité de la discipline n’a pas forcément évolué depuis. Si le nombre d’adhérents au club champérolain est stable, l’offre de tournoi et autres compétitions régionales ou nationales reste faible dans la région. Le Val d’illiez n’est pourtant pas l’unique place pour pratiquer le curling. Les Alpes vaudoises avec Leysin, Villars ou encore les Diablerets possèdent également les infrastructures nécessaires, mais peu de synergies existent entre rive droit et rive gauche du Rhône.

Comment attirer la population vers la pratique d’un sport qui semble ouvert à un large public ? Quels sont les moyens mis en place pour promouvoir la discipline ?

Nous avons tenté d’apporter quelques réponses samedi dans la première partie de notre "Table Ronde" avec nos trois invités, qui représentaient le Curling Club de Champéry. Jacques Dussex, son président, Aline Tissière, sa secrétaire, et Xavier Michaud, son responsable juniors.

Dans ce contexte, les regards sont dès lors tournés vers la relève. Une relève qui peut annoncer ou pas, un futur radieux pour le curling dans le Chablais. Mais, une nouvelle fois, la discipline doit faire face à de nombreuses inconnues. Car auprès des plus jeunes, le hockey sur glace peut facilement lui faire de l’ombre. Pourtant, sa pratique est relativement accessible. Le cœur du jeu accès sur la technique et la tactique avant l’effort physique permet de toucher un plus large public. Des points forts que le curling peine à valoriser. En témoigne, l’absence totale de femme au sein du club champérolain. Une problématique qu’on tente toutefois d’enrayer au sein de son comité.

La formation et la relève était donc au cœur des discussion de cette seconde partie de notre Table ronde, toujours en compagnie de nos trois invités.