La 83ème édition du Bol d’Or a réuni près de 450 bateaux ce week-end sur les eaux du Léman. Et parmi cette flotte, l’équipe emmenée par François Thorens s’est une nouvelle fois mêlée à la lutte pour la victoire dans la catégorie des monocoques.

Vainqueur en 2018, le skipper de La Tour-de-Peilz a franchi la ligne d’arrivée samedi soir après plus de 16 heures de course. Le Vaudois et ses huit partenaires ont pris la 19ème place, la 3ème chez les monocoques.

Mais au-delà du résultat, une telle épreuve doit aussi amener son lot de plaisir. Le navigateur de la Riviera, qui compte une trentaine de participations à la plus grande régate du monde sur un plan d’eau fermé, n’est pas uniquement focalisé sur la performance. Pour lui, la voile est aussi une question de passion, de partage et de transmission. Chez les Thorens, c’est même une affaire de famille.

Quelques jours avant le départ de cette 83ème édition du Bol d’Or, nous sommes allés à la rencontre de François Thorens, qui a attrapé le virus de ce sport dès le plus jeune âge. Nous l’avons retrouvé "chez lui", au port de La Tour-de-Peilz.