La crème du peloton féminin découvrira les routes de Suisse romande dans deux semaines. Pour sa 1ère édition, le Tour de Romandie dames pourra compter sur un plateau royal.

Du 7 au 9 octobre, les meilleures coureuses de la planète se disputeront la victoire sur cette épreuve qui a directement intégré le calendrier du « World Tour ». Seule ombre au tableau : la Néerlandaise Annemiek Van Vleuten, qui a remporté le Tour de France, le Tour d’Italie et le Tour d’Espagne cette année, pourrait manquer à l’appel. Elle s’est fracturée le coude après une chute survenue mercredi aux Mondiaux en Australie.

Mais la concurrence ne sera pas en reste sur les trois étapes qui emmèneront le peloton de Lausanne à Genève, en passant par Sion, Thyon 2000 et Fribourg. La course requerra donc une organisation de haute volée. Elle ne sera ainsi pas facile à mettre sur pied, tout comme chez les hommes. Richard Chassot, directeur du Tour de Romandie, s'est attardé sur ce point.

Pour cette 1ère édition, près de 400 kilomètres figureront au programme. Et les villes « historiques » de l’épreuve seront mises à l’honneur. Mais qu’en est-il des régions périphériques, à l’image du Chablais et de la Riviera ? Pourront-elles accueillir des départs ou des arrivées de cette course qui ne dure que trois jours ? Grégory Devaud, syndic d’Aigle et président de la Fondation du Tour de Romandie, est persuadé que oui.

Déclinée à 75 reprises au masculin, la boucle romande doit maintenant s’implanter dans le paysage du cyclisme féminin. L’objectif est aussi d’en faire un évènement populaire. Pour Richard Chassot, le défi est donc de créer un engouement autour de cette course.

Le vendredi 7 octobre prochain, les 96 coureuses (dont 12 Suissesses) attendues sur la manifestation parcourront les routes du canton de Vaud, qui a été labellisé « UCI Biker Region » mercredi par l’Union Cycliste Internationale. Réunie en congrès en Australie en marge des Mondiaux, l’instance a décidé de récompenser une région qui a été active dans le domaine du vélo en 2022. En plus du 1er Tour de Romandie féminin, deux étapes du Tour de France masculin ont transité par Lausanne et Aigle cet été.

Pour la fédération basée dans le Chablais, ce sont les lieux qui développent le cyclisme à tous les niveaux, des compétitions d'élite aux activités de loisir, en passant par les moyens de transport, qui doivent être primés. Ce label, souhaité par le canton de Vaud, devient le premier héritage de l’Année 2022 du Vélo, qui promeut les mêmes valeurs.