Un jeune homme moqué car il porte une bague. Une fille traitée de «garçon manqué» parce qu’elle a les cheveux courts. Les témoignages de victimes de stéréotypes de genre ont poussé les élèves des écoles primaires de Monthey a abordé cette thématique en classe. 

«Les garçons aussi savent danser et ont peur du noir!»; «les filles aussi conduisent des camions et peuvent être musclées!». Voilà certains slogans affichés par les classes primaires de Monthey lundi, en marge de la journée des droits de l’enfant qui s’est tenue dimanche.

La question de l’égalité entre homme et femme a été choisi par les élèves eux-mêmes, témoins ou victimes de moqueries qui ont pour origine un stéréotype de genre. Chris est en 8h à l’école primaire des Genêts. Et l’an dernier, il était délégué. Le jeune homme de 12 ans a participé aux prémices de ce projet.

Outre les slogans affichés sur les bâtiments scolaires, les élèves de Monthey ont également mené des discussions en classe sur la thématique du genre. Chez les plus jeunes, les représentations autour des jeux, souvent genrés, ont été abordées.

Les élèves plus âgés ont pour leur part évoqués les questions liées aux émotions, à la répartition des tâches ménagères ou encore au choix de métiers, parfois stéréotypées. Grace est déléguée de la classe de 8h à l’école des Genêts, à Monthey. La jeune femme, âgée de 11 ans, a modéré la discussion qui a eu lieu avec ses collègues.

--------------------------------------------------------------------

 "Un homme et une femme, c'est la même espèce: l'être humain" Mathis, élève de 8h âgé de 11 ans

--------------------------------------------------------------------

"Qu'est-ce qu'une femme? Qu'est-ce qu'un homme?": la discussion

Grace (11 ans), Leslie (12 ans), Cris (12 ans) et Mathis (11 ans) ont accepté de discuter de la thématique de genre au micro de Radio Chablais. Avec une première question: quelle est la différence entre un homme et une femme? Mathis prend le premier la parole: