La Municipalité de Lausanne ne contestera pas la grève des femmes du 14 juin. Elle juge le mouvement licite, et le dit aujourd’hui dans un communiqué.

Le personnel communal pourra y participer sans être sanctionné, et sans devoir rattraper les heures non travaillées. L’exécutif indique qu’il partage les revendications des collectifs à l’origine de cette grève.

Rappelons que le Conseil d’Etat vaudois a déjà exprimé une position similaire dans ce dossier.