À Pékin, les compétitions ont débuté il y a plus d’une semaine, certains athlètes attendent toujours de pouvoir s’exprimer dans leur discipline. C’est le cas de Fanny Smith.

La Villardoue est arrivé jeudi sur le site de Genting, là où elle sera en lice, tôt jeudi matin, heure suisse. Mais jusqu’au jour-j, la Chablaisienne doit encore patienter. Mais la patience n’est pas un problème pour Fanny Smith.

Touchée à un genou gauche lors d’une étape de Coupe du monde à Nakiska, au Canada, la Vaudoise avait à peine un mois pour tenter de se remettre sur pied. Dès le lendemain, le « sprint » a commencé. Entre rendez-vous dans différents hôpitaux, interventions médicales ou autres séance de physiothérapie, Fanny Smith aurait certainement souhaité une tout autre préparation pour ces 4ème Jeux Olympiques. La situation n’était donc pas idéale mais le travail a fini par payer. À quelques jours de sa course, la skieuse de 29 ans a reçu le feu vert de ses médecins.

Une aventure qui n’a pas été facile à vivre pour Fanny Smith, mais aussi pour sa famille et ses proches. Sa maman, Fiona Smith et deux amies d’enfance, Fiona Jungo et Rebecca Michelet étaient nos invitées dans « La Table Ronde ».

Désormais sur place à Pékin, Fanny Smith peut souffler quelque peu. La convalescence est désormais derrière et la Villardou peut se mettre dans sa bulle. Car jeudi, la concurrence s’annonce féroce. La Chablaisienne y retrouvera notamment sa plus grande rivale, la Suédoise Sandra Naeslund, actuellement en tête du classement de Coupe du monde. Mais quoiqu’il puisse se passer du côté de Pékin, Fanny Smith pourra compter sur un soutien infaillible de sa famille et amis, restés en Suisse en raison de la situation sanitaire. Sa maman Fiona, et ses deux acolytes, Fiona Jungo et Rebecca Michelet sont revenus sur l’échéance olympique qui arrive à grand pas.