Suicide de Montreux: l'instruction pénale conclut au suicide collectif prémédité

Suicide de Montreux: l'instruction pénale conclut au suicide collectif prémédité

Le Ministère public a rendu un avis de prochaine clôture dans l'affaire de la famille ayant sauté du balcon de son appartement le 24 mars 2022 à Montreux. L'instruction pénale conclut au suicide collectif prémédité. Le jeune survivant est remis de ses blessures.

Le procureur en charge du dossier a rendu un avis de prochaine clôture le 20 mars dernier, a communiqué mardi le Ministère public vaudois. Il s'agit d'une étape préalable au prononcé d'une ordonnance de classement.

Les investigations ont porté sur les examens de médecine légale, la perquisition de l'appartement et de la voiture de la famille, de même que du domicile de la sœur jumelle de l'épouse, l'étude des données numériques contenues dans les appareils de la famille, ainsi que les image d'une caméra de surveillance du Casino de Montreux. Plusieurs témoins ont été auditionnés parmi le voisinage, les collègues et la famille vivant à l'étranger.

Les éléments recueillis par les enquêteurs de la police cantonale ont permis d'établir que cette famille de cinq personnes - le père, la mère, sa sœur jumelle et les deux enfants mineurs - vivait en autarcie, ne sortant que très rarement à l'exception de la sœur jumelle qui se rendait à son travail, et n'avait noué aucun lien particulier avec des tiers. Les enfants étaient scolarisés à domicile et n'avaient pour ainsi dire aucun contact extérieur.

Famille survivaliste

La famille suivait une doctrine survivaliste et complotiste. De grandes réserves de nourriture, vêtements, médicaments et produits d'hygiène ont été retrouvés dans les deux appartements, de même que des livres et des documents numériques. Le Covid et le déclenchement de la guerre en Ukraine auraient également affecté les membres de la famille, selon le Ministère public. Ils montraient de la "défiance envers tout ce que représentait l'Etat, notamment l'école et la police".

Concernant la dynamique familiale, l'enquête révèle que la mère et sa sœur présentaient des personnalités "dominantes et possessives", contrastant avec un père "effacé". "Très contrôlantes, elles exerçaient une forte emprise sur les enfants et les maintenaient dans la croyance d'un monde qui leur était hostile."

Le fils était scolarisé à domicile et faisait l'objet du contrôle usuel des autorités cantonales en la matière. La mère avait annoncé son départ à l'étranger en août 2019 avec sa fille, les soustrayant ainsi aux contrôles de l'Etat, notamment en matière scolaire.

Selon l'enquête et s'appuyant sur les preuves liées aux croyances religieuses de la famille, celle-ci avait préparé, répété et organisé son départ vers "un monde meilleur" sans toutefois avoir fixé de date précise, en attendant un événement déclencheur.

Element déclencheur

En ne répondant volontairement pas aux multiples sollicitations des autorités vaudoises visant à vérifier le bon déroulement de la scolarisation à domicile du fils, le père a fini par faire l'objet d'un mandat d'amener préfectoral. L'arrivée d'agents de police pour ce motif a été l'élément déclencheur attendu, conclut l'enquête.

Lorsque lesdits agents ont sonné à la porte de l'appartement situé au 7e étage, le 24 mars 2022 vers 06h45, un bref échange oral a eu lieu à travers la porte. Celle-ci était verrouillée et entravée par des affaires à l'intérieur du logement, dénotant une volonté de se barricader.

Pendant que les policiers patientaient, les membres de la famille se sont rendus sur le balcon et se sont jetés dans le vide à tour de rôle, en silence et selon un ordre confirmé par les images d'une caméra du casino et plusieurs témoins: la sœur jumelle, la mère, la fille, le fils, puis le père, dans un intervalle de 5 minutes. Seul le fils a survécu.

Les enquêteurs ne disposent d'aucune image, ni de témoignage oculaire de ce qui s'est déroulé sur le balcon. Cependant, l'absence de trace de lutte dans l'appartement, de même la présence des deux agents de police derrière la porte verrouillée au moment des faits, ont permis d'écarter l'intervention d'une tierce personne. L'enquête n'a pas non plus révélé de lien avec des personnes, des groupes ou des mouvances qui auraient pu inciter les trois adultes à mettre un terme à leurs jours en emportant les deux enfants.

Le survivant entendu

Le rapport de médecine légale ne relève aucune trace ou lésion sur les corps des victimes, autres que celles liées à la chute, ni de trace de substance chimique dans les organismes. Un escabeau installé sur le balcon, vraisemblablement utilisé pour enjamber la rambarde, de même que l'absence de cris lors de la chute des cinq individus viennent renforcer la thèse finalement retenue du suicide collectif.

Le jeune survivant a été entendu, mais n'est pas en mesure de faire le récit du déroulement des faits. Il est pris en charge par le Service des curatelles et tutelles professionnelles. Pour des raisons liées à la protection de sa personnalité, le Ministère public appelle à la plus grande retenue à l'égard de ce mineur.

 

ATS



suivez-nous, on vous suit

Rue des Fours 11A
CP112
1870 Monthey 1

Réception : +41 24 47 33 111
Mail : info(at)radiochablais.ch

Whats’App : +41 79 364 31 06
Jeux : +41 24 47 33 123

Installe gratuitement notre app
pour iPhone, iPad et Android
Radio Chablais dans l'App StoreRadio Chablais dans Google Play

Suis-nous sur les réseaux

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Fonctionnel
PHP.net
Accepter
Décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner