Les invendus alimentaires de la grande distribution sont suffisamment valorisés en terres vaudoises.

Le Conseil d’Etat s’est penché sur la question après qu’un postulat lui a été soumis. Les sept enseignes contactées par le gouvernement affirment qu’elles redistribuent les surplus, ou que ceux-ci sont utilisés pour produire du fourrage ou de l’énergie. Le recours à la javellisation de certaines denrées n’a par ailleurs pas pu être prouvé dans le canton.