Le président a décidé de laisser sa place à la première vice-présidente, la socialiste Sonya Butera.

Selon un communiqué du Bureau du parlement, l’objectif est de conduire les débats « dans un esprit serein ». Le début de la séance a été repoussé, les groupes ayant décidé de mener une discussion en début d’après-midi. Le quotidien « 20 minutes » a révélé hier soir qu’Yves Ravenel, élu UDC, avait été condamné pour menaces envers son épouse.