La majorité des migrants qui s’installent en terres vaudoises ne vient pas de très loin. Statistique Vaud se penche sur ce phénomène dans son courrier « Numerus », paru aujourd’hui.

Entre 2013 et 2017, un nouvel arrivant sur quatre venait d’un autre canton, et un sur deux d’un pays européen. Pour ce qui est des migrants étrangers, leur motivation est le plus souvent d’étudier dans une haute école ou de travailler. Plus de la moitié d’entre eux quitte le canton après quatre ans ou moins passés sur le territoire.