Le Valais veut mettre toute les chances de son côté lorsqu’il s’agit d’abattre un loup.

Le Conseil d’État et le Parlement ont accepté ce matin d’augmenter le nombre de chasseurs à même de tirer un grand prédateur. Cette demande émanait de l’UDC du Valais romand via un postulat. Le parti estime que gérer la question du loup prend trop de temps aux garde-chasses. Après autorisation du Service de la chasse, ils pourront bénéficier du renfort d’un certain nombre de chasseurs amateurs.

Les Verts se sont fermement opposés au texte, en vain.