Une majorité de députés a fait barrage à un postulat qui voulait lancer une réflexion sur les prestations de l'Etat.

L’intervention, émanant de membres de plusieurs partis, visait à améliorer la coordination en matière de gestion de la chasse, de la biodiversité et des milieux naturels. Les opposants ont principalement mis en avant le bon travail effectué jusqu’ici par le Service de la chasse, de la pêche et de la faune, et les collaborations déjà existantes avec celui de la des forêts, des cours d'eau et du paysage.