Unia Valais a dénoncé ce matin des salaires jugés scandaleusement bas versés par l’entreprise Adatis de Martigny.

Selon le syndicat, des collaborateurs touchent 3'000 francs brut par mois sans 13ème salaire et pour 42 heures et demie de travail. Une dizaine d’employés de cette firme spécialisée dans la fabrication de pièces en plastique sont concernés, principalement des femmes. Unia exige une adaptation au salaire minimum fixé par les conventions collectives du secteur.

Les autorités, Canton et Ville, sont aussi appelées à réagir. Elles avaient accordé des avantages fiscaux à Adatis lors de son implantation à Martigny.