Le Conseil d'Etat vaudois autorise les employés du Canton à participer à la grève des femmes du 14 juin.

Le mouvement sera licite et il n'y aura pas de sanctions administratives, indique l'exécutif aujourd’hui. Selon lui, les conditions de travail offertes par l'Etat ne constituent pas une base suffisante pour un conflit collectif. Mais le gouvernement estime aussi que les revendications portées lors de cette mobilisation dépassent la simple sphère des relations entre employeur et personnel. Il souhaite donc que l’opportunité de manifester reste accessible.