Ils sont plus d’une centaine à l’avoir fait savoir à la Cheffe du Département de la formation et de la culture, Cesla Amarelle, par le biais d’un courrier personnel.

C’est ce que nous apprennent aujourd’hui nos confrères de 24 heures. Par « vraie rentrée », les enseignants entendent des cours en présentiel plutôt que du télé-enseignement, et devant la totalité de leurs étudiants plutôt que par demi-classes. Ce qui signifie : port du masque obligatoire, en fonction de la situation sanitaire. Un scénario envisageable pour la conseillère d’Etat, même si d’autres options restent d’actualité. Le canton attend notamment les décisions du Conseil fédéral, qui devraient tomber début août.