L’hôpital universitaire vaudois va tester un appareil de radiothérapie en vue d’essais cliniques sur l’Homme en début d’année prochaine.

Développé par l’entreprise californienne IntraOp, il permettra de réaliser un traitement intra-opératoire sur les patients atteints d’un cancer. Une technique – baptisée radiothérapie FLASH - qui devrait, selon le CHUV, réduire les effets indésirables, la durée de traitement et le risque de récidive.

Précisons que le chef du Service de radio-oncologie du CHUV, le professeur Jean Bourhis, a contribué au développement de l’effet FLASH.