La Bourgeoisie de Dorénaz réclame plus de 40'000 francs à l’entreprise de terrassement d’un ex-conseiller municipal local.

Une information de nos confrères du Nouvelliste. La Bourgeoisie a découvert que des matériaux avaient été enlevés d’une place de dépôt et de traitement de matériaux recyclables propriété de la collectivité. Si l’entreprise montrée du doigt a bel et bien le droit d’y entreposer et de recycler de tels matériaux, elle ne peut pas en revanche en retirer, explique le quotidien valaisan. Le municipal concerné – qui parle de vengeance politique – a démissionné l’automne dernier après avoir présenté un certificat médical. Le Conseil d’Etat valaisan a entériné son départ en janvier.