Les travailleuses enceintes ont besoin de protection accrue contre le COVID-19.

C’est l’appel que lance l’équipe de la recherche FNS «protection de la maternité au travail» de la Haute-Ecole de santé Vaud (HESAV) avec Unisanté, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique. Cette équipe a élaboré une prise de position concernant la santé des travailleuses enceintes en contact avec du public et/ou des collègues de travail. Le texte a été transmis aux représentants politiques au niveau fédéral, aux responsables cantonaux de la santé, ainsi qu’aux médias. On peut y lire que l’équipe de la recherche FNS de l’HESAV considère que l’Office fédéral de la santé publique n’a pas placé les travailleuses enceintes dans la catégorie des personnes vulnérables. Elle entend donc faire valoir le principe de précaution afin de protéger la santé des femmes enceintes et celle de leurs enfants. Et demande aux instances compétentes d’entreprendre les démarches nécessaires à cet effet.