Le syndicat SUD Etudiant.e.s et précaires appelle le Département de la formation à ne pas se précipiter en matière d’enseignement à distance.

L’organisation dénonce des moyens insuffisants, du côté des formateurs et des élèves, que ce soit en matière de technologie ou de temps, la garde forcée des enfants incombant à leurs parents. Pour que les meilleures solutions puissent être trouvées pour toutes et tous, SUD demande au moins deux semaines de pause complète pour les personnes en cours de formation.  

Dans le communiqué envoyé ce vendredi, le syndicat formule une autre requête par rapport aux apprentis, stagiaires et travailleurs précaires. Il s’agit de les rémunérer en fonction du travail fourni dans les branches encore en activité, même en l’absence de suivi pédagogique.