Syndicats et patrons demandent d’une même voix d’interrompre toutes les activités de production et de service jugées non urgentes.

Celles qui ne sont pas socialement nécessaires sont aussi à proscrire, selon les différentes organisations romandes. Elles ont lancé un appel au Conseil fédéral ce matin, arguant que les mesures sanitaires de l’OFSP ne peuvent pas suffisamment être respectées sur ces lieux de travail. Pour combattre le coronavirus et réduire le nombre de victimes, il ne suffit pas de fermer les établissements publics et les salons de coiffure, estiment les signataires de cette interpellation.

On notera que les sections vaudoises et valaisannes d’Unia mais aussi la Fédération vaudoise des entrepreneurs se sont entre autres mobilisées.