La HES-SO Valais-Wallis revient à la charge. Elle s’est fendue hier d’un communiqué pour expliquer pourquoi des caméras ont été placées en début d’année dans ses bâtiments.

Son directeur indique que la démarche a été accompagnée par une juriste et le délégué à la protection des données de l’école. Le règlement sur la vidéosurveillance aurait été rédigé par des spécialistes et soumis aux associations du personnel et des étudiants afin de tenir compte de leurs remarques.

Il sera remis à Sébastien Fanti. Le préposé cantonal à la protection des données et à la transparence avait fait part de son étonnement hier sur Rhône FM de ne pas avoir été averti de la situation.