Le harcèlement moral dont a été victime une ex-employée de Nestlé est avéré.

La Cour civile d’appel vaudoise a reconnu la responsabilité de l’entreprise, dont le siège est basé à Vevey. D’après elle, l’enquête menée après trois ans et demi de mobbing a été biaisée et tardive. La multinationale vaudoise peut recourir auprès du Tribunal fédéral.